Comment ruiner un design Web

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire tout le bien que je pense du très polyvalent Matt Inman, voici donc l’adaptation de How to Ruin a Web Design – The Design Curve, un article court mais brillant qu’il a publié sur le blog de SEOmoz. Attention : humor anglo-saxon !

Dans le monde des webdesigners, il existe un théorème méconnu selon lequel la qualité d’un design est inversement proportionnelle au nombre d’intervenants non qualifiés impliqués dans sa conception. Ce théorème s’applique également au temps passé à disséquer, analyser et critiquer la création naissante.En effet, la présence d’imbéciles rend l’intelligence collective multiplicative : un demi cerveau + un demi cerveau n’égale pas un cerveau complet, mais un quart de cerveau (1/2 + 1/2 = 1/4). Additionner un cerveau complet et un demi cerveau ne donne encore qu’un demi cerveau. Plus nombreux sont les « intervenants non qualifiés », moins nombreuse est la matière grise.

Voici deux schémas qui illustrent cette funeste théorie…

courbe_du_design_1.gif

courbe_du_design_2.gif

Définition de la notion « intervenants non qualifiés »

  • Ceux qui n’ont jamais rien créé de visuel (ni Web, ni imprimé, ni rien) ;
  • Ceux qui pensent que le style de 1996 est encore hot ;
  • Tout ceux qui n’ont ni jugement ni compétence graphique, mais qui profitent lâchement de leur position d’influence pour imposer leur opinion ;
  • Les « experts » autodidactes qui « surfent » depuis « longtemps » et « s’y connaissent ». Mieux que vous, d’ailleurs.

Mais alors… qui sont les « intervenants qualifiés » ?

  • Ceux qui sont équipés d’un bon œil graphique (deux recommandés), quelque soit leur métier ;
  • Les experts en usabilité et en ergonomie (expérience bienvenue) ;
  • Tout ceux dont la critique est constructive, qui sont capables d’aller au-delà du « j’aime pas trop » ;
  • Ceux qui vous ont choisi parce que VOUS êtes graphiste, et que, même s’ils sont les mieux qualifiés pour leurs affaires, c’est VOTRE mission de sortir un design de qualité.

OK, mais passer du temps sur une nouvelle création, c’est la bonifier, non ? Pas nécessairement. Ce qui peut arriver de mieux à un design, c’est de se laisser oublier quelques heures – quelques jours ? -, de dormir tout un week-end au fond du répertoire d’un ordinateur éteint, et de ressurgir devant les yeux ébahis d’un petit nombre de personnes, dont vous ! S’il est bon, vous le saurez.

Sinon, trouvez vite un coupable !

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

31 commentaires

  1. La bonne nouvelle: travailler de pair en SEO / SEM / SMO est une courbe inversée… Bosser à 10-15 référenceurs ensemble sur un projet, ça serait vraiment chouette… Imaginez à 25-30 collaborateurs sur Go-Ref ;)

    Envoyé le 29 mars, 2007 par Guillaume
  2. Je ne pense pas que ce soit un probleme de personnes qualifies vs. personnes non-qualifies… un peu sectaire comme approche. C’est le simple probleme du nombre. Plus il y a d’intervenants dans un projet-design plus le nombre de fonctions s’envole. C’est le syndrome Microsoft (a comparer avec Apple). A Lire.
    A part ca je decouvre le site… je le mets ds mon reader Google sur le champ! Have a nice day guys!

    Envoyé le 29 mars, 2007 par pyc
  3. Mon Dieu !!! LOL
    Du vécu à la virgule prêt et dans de multiple corps de métier.

    Dans mes bras ;)

    Envoyé le 29 mars, 2007 par zebx
  4. pyc : effectivement, c’est un jugement un peu caricatural mais ça défoule ! Mieux : ça fait sourire ! En passant, c’est très rafraîchissant d’avoir l’opinion d’un designer industriel : autre type de production, même contraintes. Je retournerai voir ton blog.

    zebx : j’espère que tu ne vis pas ça tous les jours ! En tout cas, moi aussi j’ai reconnu une erreur classique dans cet étrange théorème…

    Envoyé le 29 mars, 2007 par Olivier
  5. totalement d’accord avec cette vision qui est loin d’être si caricaturale que ça. Cela ressemble à du vécu d’entreprise et ça pourrait rentrer dans l’univers de Dilbert ;-)

    Envoyé le 29 mars, 2007 par kells
  6. Cricri, Gérant d’une WebAgency. Tellement vrai. Combien de fois, un ingénieur informaticien (fraîchement promu par l’achat d’un P4 dual core à Auchan le week-End dernier) a mis son nez dans le projet et a cassé tout le truc en ajoutant des fonctionnalités que finalement personne n’utilisera. Ou, une WebDesigner (Microsoft Word 2003 approved) nous a été mise dans les pattes afin de nous montrer le design à utiliser pour le site de son patron, en fait une secrétaire qui passe son temps sur meetic et msn. Ne parlons pas du Fils du patron (plus souvent, le fils de la patronne) qui va faire des études de webmaster plus tard, ‘‘parce que vous savez il est doué, il passe son temps sur l’ordinateur (splinterCell et Doom 3D) alors si cela ne vous dérange pas il va vous aider’’. Ben oui mon collaborateur qui cause le Flex2 et l’actionScript3 comme père et mère, rêve de se goinfrer le nain pendant une après midi et disserter avec sur le bien fondé d’insérer des Gifs animés ou bien alors des ClipArts dans les pages dynamiques (Ben ouais, les pages dynamiques, fo ke ça bouge, d’ou, clip arts et Gifs animés).

    CricriZeBest ;-)

    Envoyé le 3 avril, 2007 par cricrizebest
  7. Juste pour le plaisir de pinailler :
    1/2 + 1/2 n’est pas égal à 1/4, mais bien à 1.
    Par contre, et je pense qu’une coquille s’est glissée dans ton article,
    1/2 x 1/2 est bien égal à 1/4…

    Il faudra revoir le programme de math de 4ème là quand même ! ;-)

    Aller, sans rancune, j’ai bien rigolé à lire ton article…

    Envoyé le 4 avril, 2007 par Sholine
  8. Sholine : tu as mis le doigt sur ce qui différencie un théorème créatif d’un banal théorème mathématique ! ;)

    Envoyé le 4 avril, 2007 par Olivier
  9. Pour faire du pouce sur l’opinion de pyc, le problème peut également être la définition des rôles. Le joueur d’avant compte des buts et le gardien n’est pas jaloux : il a un rôle tout aussi important à jouer. De plus, dans tout travail d’équipe, une hiérarchie dans la prise de décision nous évite souvent le problème du «trop de chefs, pas assez d’Indiens ». Il est donc bon d’élire un responsable créatif, qui aura à amasser l’ensemble des commentaires et recommandations (souhaits du client, aspects techniques, esthétique, ergonomie, etc.) et de trancher lors des contradictions. Trop de sabotages sont dus au manque de cohérence et proposent en fin de compte, un site Web dilué, sans positionnement clair. Un site qui semble avoir été fait pour plaire à tout le monde impliqué dans le projet. Un genre de mélange brun des goûts personnels de tous et chacun. Et qui peut remplir ce rôle adéquatement? Un stratège? Un DA? Un programmeur? Un gestionnaire? En fait, à mon avis, toutes ces réponses sont bonnes, si cette personne détient une bonne expérience dans ce type de projet, se préoccupe des objectifs à atteindre et qu’il respecte profondément le rôle de chacun. Celui qui croit que le DA est le mieux placé pour établir le look du site, et que le programmeur est qualifié pour choisir la technologie à utiliser en fonction des besoins, sera généralement à même de trancher avec justesse et clairvoyance.

    Envoyé le 4 avril, 2007 par scalpel
  10. Bonne sythèse, scalpel.

    J’ajouterai qu’en plus des compétentes respectives, la personnalité de chacun entre en jeu. Pensez à la notion d’autorité, qui ne se répartit pas également. On connait tous ce qu’on appelle ici un “boss des bécosses”, un petit chef qui travaille son autorité comme un chien qui se fait les dents. À l’opposé, d’autres cultivent le doute – je suis bien placé pour le savoir – et peinent à défendre leur point de vue.

    En définitive, le travail d’équipe comporte presque autant de risques que de bénéfices…

    Envoyé le 5 avril, 2007 par Olivier
  11. J’ai bien rigolé, ça pue le vécu tout ça :)

    Mes deux sous de pinaillage :
    Cependant, un (web)designer n’est pas un graphiste ! Son champ de compétence inclus le graphisme, mais c’est beaucoup plus que cela quand même. Un webdesigner est aussi un architecte de l’information, un praticien de l’ergonomie.
    Le réduire à un rôle de “styliste” serait un peu dommage.

    Envoyé le 29 novembre, 2007 par gus
  12. Perso, qq qui ne sait pas découper un site et donc garder le coté esthetique en explosant une charte graphique n’a pas sa place aujourd’hui…mais helas c’est souvent le client finale qui va s’en charger directement. Tout les gouts sont dans la nature et le mauvais en fait parti ..dommage car cette equation soit trop realiste et dégoute bien souvent plus le designer que le client lui meme.

    Envoyé le 6 février, 2008 par happyshark
  13. Je sais pas si je suis classé dans les qualifiés ou les non qualifiés. Visitez le site que j’ai crée http://www.madagascar-tour-guide.com [link:Madagascar tour]

    Envoyé le 8 juin, 2008 par airlalaina
  14. 1/2 + 1/2 = 1 …
    C’est 1/2 x 1/2 qui fait 1/4 ! D’ailleur l’article original en anglais ne s’y ai pas trompé, et ils ont bien multiplié les cerveau au lieu de les additionner :)

    PS : je suis pas webdesigner ;)

    Envoyé le 31 décembre, 2008 par keru
  15. Comme Sholine et keru, l’erreur mathématique me choque un peu. On peut bien sûr jouer sur des fausses égalités mathématiques pour amener une idée — les fameux 1 + 1 = 1 et 1 +1 = 3 —, mais vu que l’article commence par dire que les intelligences se multiplient plutôt que de s’additionner, et que l’opération réellement effectuée est bien une multiplication, autant écrire 1/2 × 1/2 = 1/4. ;)

    Pour le reste, l’article est effectivement un peu caricatural mais en même temps très vrai. Et j’ai apprécié la description en quatre point de l’intervenant qualifié. Je ne suis pas graphiste ou webdesigner (pas mon métier), mais je pense correspondre en bonne partie aux quatre points: œil graphique, ergonomie, apport constructif et conscience de mon rôle et de celui du designer. :)

    Envoyé le 19 janvier, 2009 par Florent V.
  16. La hantise du webdesigner, les interlocuteurs qui n’y connaissent rien mais viennent pourtant tout changer !

    Cela ne me viendrait pas à l’esprit de dire à mon garagiste comment il doit réparer ma voiture mais hélas tout le monde se croit compétent en webdesign pour donner son avis…

    Envoyé le 22 janvier, 2009 par eMeRiKa
  17. Ne parlons pas des webdesigners qui bossent en agence, avec des collègues, patrons et clients beaucoup plus convaincu par leur gouts perso que par les “règles” de la profession. C’est malheureusement mon cas et ça pousse clairement à changer de métier :/
    Au moins, dans la programmation, le client, le patron et les collègues tiennent leurs distances :)
    Quel bonheur!

    Envoyé le 22 janvier, 2009 par Redsan
  18. Terrible. Le post de Cricri m’a presque fait pisser de rire. C’est tellement réaliste ! Le coup du fiston soit disant doué ça m’ai arrivé déjà.

    Je suis webmaster-monteur vidéo.

    Envoyé le 5 février, 2009 par Tom
  19. Les maths et le design web pourait faire meilleur ménage !
    La seule vérité dans ce sujet c’est qu’un crétin plus un autre crétin ça fait deux crétins. Un pro + un autre pro ça avance toujours plus vite qu’un homme seul. Collaborer tout seul à son seul projet ça mène à son seul désastre. Faites les choses ensemble, faites les bien et faites les belles et achetez des bandages pour les chevilles et la tête.

    Envoyé le 14 février, 2009 par joshua
  20. Combien de fois as-t-on du se battre avec un ingénieur informaticien et sa vision cartésienne du design, avec un chef ou un commercial qui, par son statut, se sent obligé de critiquer alors qu’il n’a aucun sens graphique?

    Avec cet article, on se sent moins seuls ^^
    Merciiiiiiiiii

    Envoyé le 25 mars, 2009 par Sarahisback
  21. Vraiment trop drôle, et tellement vrai, bref, pour conclure (histoire vraie):
    J’étais webdesigner, j’étais frustré alors je suis devenu DA. Je n’avais pas encore le dernier mot, frustré je suis passé du coté obscur et suis devenu commercial ! Et puis directeur de clientèle, et là encore, le client avais le dernier mot :( . Enfin, maintenant, je suis content : je me suis mis à mon compte :)

    Envoyé le 18 mai, 2009 par Mike
  22. Bravo.
    Je suis actuellement en train de concevoir les IHM et l’ergonomie d’une grosse appli… et c’est vrai qu’il y a des quoi s’arracher les cheveux avec tous ces utilisateurs qui disent blanc aujourd’hui et noir le lendemain.
    M’enfin, c’est aussi notre taf de cadrer et canaliser toutes ces opinions !

    Envoyé le 3 juin, 2009 par Benoit
  23. on peut justifier cette loi avec le second principe de la thermodynamique :
    plus il y a de personne non qualifié plus il y a de l’entropie c’est à dire du désordre. en admettant que la qualité du design est inversement proportionel à l’entropie générée sur le site obtient la justification de cet article

    Envoyé le 25 août, 2009 par dr phys
  24. Je viens de tomber par hazard sur cet article. C’est excellent, ce fut un plaisir à lire (ainsi que les commentaires).

    Une autre règle qui peut choquer les hémisphères gauche (developpeurs, matheux, etc.) : “I’m sorry I wrote such a long letter, but I didn’t have time to write a short one.”. Ca ne “sonne” pas logique mais pour quelqu’un qui sait se servir du côté droit de son cerveau (graphiste, comm, etc.), ça prend tout son sens.

    A l’inverse, une règle qui fonctionne chez les développeurs mais pas du tout dans la conception web : “qui peut le plus peut le moins”. En hémisphère droit, cela doit se traduire par : “cette idée super cool mais hors contexte va polluer ton projet, tu l’utiliseras plus tard !”

    Je conseille le film 99F avec Jean Dujardin, surtout la fameuse scène de réunion avec le grand directeur de “Madone”. D’où le nombre impressionnant de publicités pourries arrivant à la TV.

    Cédric.

    Envoyé le 7 janvier, 2010 par Cedsoft
  25. De toute façon avec l’explosion des CMS, on peut dire que le design prend un serieux coup à la tete …tout est déja fait ou presque alors il n’y a plus que suivre le guide. c’est une paresse générale dans le web…donc si on couple cela au nombre d’intervenant, il est evident qu’a la fin il reste des choses moyenne d’ailleur il m’arrive de temps en temps de dire a un client que son site date de 2006…Ah ? 2009 pardon mes sinceres condoleances

    Envoyé le 28 février, 2010 par Olivia
  26. Un peu tard, je me permets de réagir au commentaire d’Olivia : non, car les CMS ne sont que des “cadres” techniques. Si le CMS est respectueux des standards (séparant le contenu de la présentation) alors le designer pourra proposer un design original, donc non tributaire du CMS.

    Envoyé le 5 octobre, 2010 par Gontran
  27. I think the admin of this site is genuinely working hard
    for his web page, for the reason that here every data is quality based stuff.

    Envoyé le 14 septembre, 2013 par homepage