Je suis un(e) : Spécialiste web

3 métriques que vous ne mesurez pas correctement sur vos pages d’atterrissage

metrics-landing-page

Lord Kelvin a toujours insisté : « Ce qui ne peux être mesuré ne peut être amélioré. » La mesure de la performance sur vos pages d’atterrissage est primordiale afin de faire les ajustements nécessaires pour optimiser leur conversion. Taux de rebond, taux de conversion, et autres données d’engagement et de conversions : Google Analytics a toujours compilé pour vous ce genre de métriques.

Et si je vous disais que vous ne les mesurez pas correctement, et ce, depuis le début ? Malheureusement, cette situation pourrait vous induire en erreur dans l’optimisation de la conversion de vos pages d’atterrissage.

Voici donc trois métriques que vous ne mesurez pas correctement sur vos pages d’atterrissage et des solutions pour corriger la situation afin d’améliorer la fiabilité de vos données.

 1. Taux de rebond

Le taux de rebond est une métrique cruciale de la mesure du succès de votre page d’atterrissage. Si la grande majorité des utilisateurs visitent votre page d’atterrissage et quittent sans visiter d’autres pages de votre site, vous aurez un taux de rebond élevé et vous pourriez conclure que votre landing page est inefficace.

Si un utilisateur passe moins de 10 secondes sur votre landing page puis quitte la page, on peut affirmer qu’il s’agit d’un véritable rebond : Il est arrivé par erreur sur votre site ou ne trouve pas le contenu de votre page pertinent pour lui.

Par contre, si un utilisateur passe plus de 10 minutes à lire tout le contenu de votre landing page avant de quitter votre site, on peut facilement s’avancer pour dire qu’il a eu un certain engagement envers votre contenu.  On ne devrait alors pas considérer cette visite comme étant un rebond.

Comment corriger la situation ? Vous devrez déterminer tout d’abord le temps minimum qu’un visiteur prend avant de convertir sur votre site. Si une majorité de vos conversions surviennent après 2 minutes, les visites durant plus de 2 minutes ne devraient pas être considérées comme un rebond.

Il existe un tweak officiel que vous pouvez insérer dans votre code Google Analytics  pour remédier à la situation. Techniquement, il déclenchera un événement lorsqu’un utilisateur aura passé un certain temps sur votre page.  (2 minutes dans notre exemple). Une fois l’événement exécuté, le visiteur ne sera plus considéré comme un rebond s’il quitte le site.  Si tout fonctionne bien, vous verrez votre taux de rebond diminuer de façon substantielle et mesurerez des données beaucoup plus près de la réalité. 

2. Temps sur la page

Par défaut, Google Analytics peut enregistrer le temps passé sur la page seulement lorsqu’un visiteur navigue vers une autre page web sur le même site. On ne peut connaître le temps passé sur la page d’une visiteur qui a visité seulement une page de votre site.

Par exemple, un visiteur arrive sur votre page d’atterrissage, y reste 10 minutes, complète un objectif sur cette même page, puis quitte le site. Le temps sur la page enregistré par Google sera de 0 :00.  Cette manière de calculer peut rapidement fausser vos données d’engagement, surtout si les gens sur votre site visitent naturellement peu de pages comme sur un blog, par exemple.

La solution ? L’API Event Tracking de Google ! Tel que l’explique Brian Cray, ingénieur chez Topsy, Il est possible, en installant un code Javascript su votre page, de déclencher un « _TrackEvent » à chaque 10 secondes après le chargement d’une page web,  indiquant à Google qu’il y a bel et bien un visiteur sur votre site. Résultat : une mesure plus précise de l’engagement sur votre page d’atterrissage. 

3. Taux de conversion

Le taux de conversion est la métrique la plus importante d’une page d’atterrissage. Par définition, elle permet de savoir le nombre de conversions par visites. Dans Google Analytics, le taux de conversion est calculé par rapport au nombre de visites et non par rapport au nombre de visiteurs uniques, alors que cette dernière donnée devrait prévaloir.

Pourquoi calculer le taux de conversion par visiteur unique ? Chaque visite sur votre page d’atterrissage ne devrait pas nécessairement se conclure par une conversion ou une transaction. En effet, le processus de prise de décision en ligne n’est certainement pas simple et peut se répartir sur plusieurs séances. Le consommateur ira sur un autre site lire des avis sur votre entreprise, il va comparer votre offre avec celle de vos compétiteurs, il va demande l’avis de ses amis sur les réseaux sociaux avant de revenir convertir sur votre page d’atterrissage.

En utilisant les visiteurs uniques pour calculer le taux de conversion, on permet d’intégrer avec davantage d’adéquation le processus décisionnel du consommateur et d’avoir une métrique un plus fidèle à la réalité.

Bref, ces modifications relativement simples à implanter peuvent transformer drastiquement vos données, faites attention quand vous voudrez comparer les données à des périodes précédentes. Par contre, maintenant que vous mesurez avec plus de fiabilité la performance de vos pages d’atterrissage, vous pourrez analyser vos données avec beaucoup plus de confiance.

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Aucun commentaire

Aucun commentaire.